Samedi 22 Juillet, 2017

Opérations : Point de situation au 11 février 2016

PROCHE ET MOYEN-ORIENT : CHAMMAL

En Irak, Daech reste sur une posture défensive, contenant la pression exercée par les forces de sécurité irakienne. En Syrie, l’organisation terroriste conduit principalement des actions d’opportunité.

Chammal : 550 soldats des forces spéciales irakiennes formées par les forces françaises

Forte de 3 500 militaires, l’opération Chammal maintient un rythme d’activités opérationnelles soutenu.

A Bagdad, la composante terrestre a poursuivi ses actions de formation et de missions de conseil au profit de la 6edivision d’infanterie irakienne et de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS).

Les militaires français de la Task Force (TF) Narvik assurent actuellement la formation de 550 soldats des forces spéciales irakiennes de l’ICTS.

Situation tactique : Irak-Syrie

Les opérations aériennes de la Coalition se concentrent dans la vallée du Tigre, en particulier dans le secteur de Mossoul et dans la vallée de l’Euphrate, où les forces irakiennes poursuivent leurs efforts en direction de Ramadi et de Falloujah.

Le commandement des forces irakiennes estime que la conquête de Ramadi est désormais achevée, ses forces mettant hors de combat les dernières résistances terroristes.

Chammal : 182 objectifs de Daech détruits depuis le 1erjanvier 2016

Depuis le 1erjanvier 2016, les équipages de l’armée de l’air et de la marine nationale de la force Chammal ont réalisé 454 sorties aériennes. Au total, ils ont mené 114 frappes et détruit 182 objectifs tenus par Daech.

Missions aériennes : un rythme d’engagement élevé

Cette semaine les activités aériennes de la force ont été marquées par un rythme d’engagement élevé. Depuis le 3 février 2016, 93 sorties ont ainsi été effectuées dont 13 sorties dédiées aux missions de reconnaissance, 6 aux missions contrôle et de coordination des missions aériennes de la coalition (command and control ou C2) et 73 aux missions de bombardement sur des objectifs planifiés ou d’opportunité. Les différentes frappes conduites par les aéronefs français ont permis de détruire 34 objectifs tenus par Daech. Le 7 février, une patrouille de Mirage 2000D a ainsi détruit un poste de commandement et des positions de tir tenus en Syrie par des combattants de Daech dans la région d’Hassaké.

 

BANDE SAHELO-SAHARIENNE (BSS) : BARKHANE

Au Mali, la semaine a été marquée par une attaque terroriste, le 5 février à Tombouctou, contre un camp de l’UNPOL (United Nations Police). Après plusieurs heures de combat, les forces armées maliennes (FAMa) ont réussi à neutraliser les terroristes qui avaient réussi à pénétrer dans ce camp récemment désaffecté.

Dans le reste de la BSS, la situation sécuritaire n’a pas connu d’évolution majeure.

Barkhane : maintenir la pression sur les GAT

Cette semaine, les activités de la force Barkhane ont été marquées par des opérations ponctuelles et ciblées. Au Mali, les efforts de la force Barkhane se sont concentrés sur la région de Tessalit.

Du 1erau 5 février 2016, une centaine de soldats français se sont déployés entre Tessalit et Tedjoudjemet. L’opération baptisée « Digne » a permis à la force Barkhane de contrôler les flux logistiques afin de contraindre la liberté d’action des GAT susceptibles d’utiliser ces axes pour circuler.

Durant la même période, une opération aéroterrestre baptisée « Feissons » a été lancée le 5 février au sud-est de Tessalit pour neutraliser des caches d’armes identifiées grâce à un renseignement d’opportunité. Cette action a permis la destruction de roquettes semblables à celles utilisées par les groupes armés terroristes pour frapper des objectifs au nord Mali.

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RCA) : SANGARIS

En province comme à Bangui la situation sécuritaire reste calme.

Les forces internationales restent vigilantes à l’approche des élections qui se dérouleront dimanche 14 février (2etour de l’élection présidentielle et 1ertour des élections législatives). Dans ce contexte, la MINUSCA a déployé un dispositif sécuritaire important pour assurer la bonne tenue des scrutins.

Sangaris : appuyer les opérations de la MINUSCA

La force Sangaris a poursuivi ses opérations de contrôle de zone en appui de la MINUSCA. Les soldats français mènent des patrouilles dans Bangui, ainsi que dans le couloir central de la Centrafrique dans le secteur de Sibut.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Chercher sur le site

Authentification

Dailymotion

Les vidéos de FNAME-OPEX sur Dailymotion

Dailymotion Logo

En ligne

Aucun